26/03/2009

Ma méthode d’élevage

Ma méthode d’élevage

 

Je me permets de reproduire ci-dessous de façon schématique et sans aucune prétention, mes conditions et ma méthode d’élevage naturel de mes canaris Yorkshire et Posture en général .

 

 

Origines de mes oiseaux :

 

Ma souche initiale est à 100 %  provient d’ éleveurs de renom du comté du Yorkshire et d'autre, avec lequel j’ai tissé des liens d’amitié très étroits.

En Yorkshire c'et éleveur concourt dans la catégorie « champion », est juge de la race et élève des Yorkshire depuis plus de 30 ans.

Elle provient de 2 éleveurs de la région de Dublin mondialement reconnus qui élèvent cette race les Yorkshires  depuis plus de 60 ans !

Chacun d'entre eux pratique l'élevage en ligne et leur souche est naturelle et établie depuis des décennies.

Ces deux éleveurs exposent en catgorie « champion » tous les ans dans les plus grands concours de leur pays mais également au Royaume-Uni.

Chacun a gagné par deux fois le Best in Show à l'exposition très convoitée du Yorkshire Canary Club à SALTAIRE en Angleterre (Yorkshire).

Bien entendu ils sont également des juges de renom ayant jugé tous les concours spécialisés au Royaume Uni et en Irlande, mais également à travers l'Europe et le monde.

Leurs oiseaux se retrouvent dans les souches d'éleveurs aussi bien allemands, français (moi), mais également suisses, belges … mais aussi australien, américains, brésiliens etc ...

Tous mes jeunes sont dons issus de parents ou de grands-parents irlandais que j'ai moi-même choisi et acheté à Dublin.

L’élevage est naturel et je n’ai jamais eu recours à des parents nourriciers.

Il m’arrive cependant qu’après avoir bagué les jeunes je regroupe 2 jeunes issus de 2 nids différents dans un seul et même nid.

 L’élevage se fait en couple et à titre exceptionnel par impromptu.

 

Conditions d’élevage :

 

Ma pièce d’élevage d’environ 50 m2 est située dans 2 chalets , avec une exposition plein sud.

Elle est pourvue de 1 grandes fenêtre oscillo-battantes dont l’une d’entre-elle reste ouverte tout l'été et d'une double porte.

J’attache une grande importance à une parfaite circulation de l’air.

Outre la fenêtre ouverte en permanence, j’ai installé à l’opposé de celles-ci un extracteur d’air puissant relié à une minuterie.

J’ai également fixé au plafond de la pièce un aérateur et régénérateur d’air qui fait également office d’ioniseur.

Cet appareil fonctionne tout au long de l’année et 24 heures sur 24.

 

Logement des oiseaux :

 

Les oiseaux sont logés dans des cages d’élevage de 100 cm sur 40 cm de profond et 50 cm de hauteur de type Soullier.

Ces cages peuvent être divisées en 2 lors de l’élevage

Les perchoirs en bois sont courts (environ 20 cm) et de forme ovale.

A raison de 2 par cage pour un oiseau seul ou un couple, ils sont placés à la même hauteur à environ 10 cm du fond de la cage.

 

Mélanges de graines :

 

J’utilise le mélange de graines pour canaris de posture de la société belge BEYERS commercialisé sous la marque DELI  NATURE.

C’est un mélange SANS NAVETTES très propre et d’excellente qualité.

Il faut impérativement donner un mélange SANS NAVETTE.

L’eau de boisson et des bains:

Plusieurs fois dans l’année je fais analyser mon eau.

Pâtée d’élevage :

 

Depuis plusieurs années j’utilise avec grande satisfaction une pâtée allemande de marque TOP VIT KOMPLETT.

Cette pâtée est me semble-t-il la plus complète et riche qui soit proposée actuellement sur le marché.

Elle contient tout ce dont mes oiseaux ont besoin.

Protéines, minéraux, oligo-éléments mais également acides aminés ainsi que de la spiruline, des crevettes et herbes sauvages de toutes sortes.

 

En dehors de la période d’élevage, « j’allonge » cette pâtée avec une autre de la même marque mais beaucoup moins riche ou encore de la pâtée SLUIS.

 

Pour confectionner cette pâtée, je procède comme suit :

 

Dans une grande cuve en plastique je mélange :

 

1 part d’environ un pot de 400 grammes de Rusk (si possible anglais car de meilleure qualité)

1 part d’autant d’eau

1 cuillère à soupe de spiruline en poudre ou paillettes

1 cuillère à soupe de Perform

Je mélange le tout de façon à former ma « pâtée de départ » à laquelle j’ajoute à parts égales de la valeur d’environ 1 grand pot de 100 gr de yoghourt :

des graines germées ( à partir de janvier)

des semences sauvages

des graines de santé

 puis en quantité d’environ 1 pot de 75 gr de yoghourt :

du fonio paddy

du pagima vert

du delicha (semences sauvages)

du Kabale préalablement trempé

 

après avoir mélangé soigneusement cette pâtée de base, j’y ajoute la quantité nécessaire de pâtée TOP VIT de façon à obtenir un mélange très homogène mais surtout très léger et aéré.

A aucun moment la pâtée ne doit coller.

Je la laisse reposer pendant environ une demi-heure de façon à celle qu’elle « gonfle » au mieux.

Après ce délai et s’il y a lieu j’y rajoute encore de la pâtée sèche TOP VIT de façon à ce qu’elle ne soit jamais collante.

Par la suite je conditionne cette pâtée dans des sacs en plastique que je place au congélateur en cas de besoins.

Il se peut qu’après la décongélation que la pâtée soit un peu plus humide, à ce moment là j’y rajoute encore un peu de pâtée sèche pour la rendre légère et moelleuse.

La confection de cette pâtée peut paraître très fastidieuse et son prix très élevé (la pâtée TOP VIT KOMPLETT coûte plus de 40 euros les 5Kg) mais mes oiseaux n’ont jamais laissé un miette de cette pâtée dans leurs godets.

 

 

Légumes et semences sauvages :

 

 

Tout au long de l’année et selon les saisons, je distribue des légumes tels qu’épinard, brocoli et carottes.

Je donne également beaucoup de mouron (du jardin) de pissenlit, d’herbes sauvages, de fleurs, de semences de toutes sortes.

Le tout est cueilli dans mon jardin ou dans les champs (non traités) aux alentours.

Mes voisins me donnent les salades montées en graines dont mes oiseaux raffolent.

 

Il faut cependant veiller à ne distribuer la quantité nécessaire qui puisse être mangée en moins de 10 mn.

En aucun cas il ne faut donner des légumes et graines humides.

Au moindre doute, je préfère tout jeter.

Donc, nul besoin de mettre de grandes quantités.

Cela doit rester une sorte de friandise et non la nourriture de base.

 

 

Grit et charbon de bois :

 

Les oiseaux ont en permanence un godet de grit avec du charbon de bois à leur disposition.

 

Bain :

 

Le bain (eau de pluie) est donné quasi quotidiennement et ce tout au long de l’année.

A partir de l’éclosion des jeunes et jusqu’à leur sortie des nids je ne donne plus de bains mais utilise un petit brumisateur.

 

Traitement contre les poux et les vers :

 

J’utilise un produit belge IVOMEC.

Une goutte de ce produit est placée dans la nuque de l’oiseau à raison de 2 fois dans l’année

(avant les concours et avant l’élevage)

On peut également utiliser le produit FRONTLINE pour chiens mais il faut alors utiliser un petit pinceau et badigeonner très légèrement le cou de l’oiseau avec le produit qui est plus puissant que l’IVOMEC.

 

Accouplements :

 

Avant l’accouplement les oiseaux sont « toilettés »

Les ongles sont coupés, les becs nettoyés et les plumes situées autour des cloaques sont coupées avec des ciseaux très fin et aiguisés.

Si besoin est, je poudre les oiseaux avec un insecticide tel que  OCEPOU (à utiliser en alternance)

 

Les nids  préalablement désinfectée et poudrée à l’insecticide.

 

Les œufs pondus sont quotidiennement retirés et remplacés par des œufs factices.

 

L’éclosion a généralement lieu entre le 14ème et le 15ème jour.

 

Je n’ai jamais eu recours à des nourriciers, donc tous les jeunes Yorkshire nés chez moi sont élevés par des Yorkshire.

 

le sevrage :

 

Il est d’une très grande importance.

Sa qualité et ses conditions peuvent grandement influencer la santé des oiseaux, leur condition future aux concours mais également à la saison d’élevage à venir.

En ce qui me concerne, je procède à un sevrage très tardif.

Je n’applique jamais de calendrier précis pour séparer les jeunes des parents.

Les jeunes doivent être parfaitement autonomes avant de songer à les séparer de leurs parents.

Depuis quelques années je pratique une méthode qui me donne entière satisfaction et qui de plus à l’avantage de préparer les jeunes pour les concours à venir.

J’ai vu cette méthode pour la première fois chez mon ami Terry Kelly qui est éleveur anglais de Fife Fancy de renomvu par didier(Par Didier FAESSEL) .

A partir du moment où les jeunes sont à même de se nourrir seuls mais sans pour autant pouvoir déjà voler et se débrouiller dans une autre cage ou volière, je les place dans une cage de concours usagée que j’accroche à la grille de la cage d’élevage.

Dans cette cage je place un ou deux perchoirs dans le bas suivant le nombre de jeunes (pas plus de 3 par cage) ainsi qu’un godet de pâtée, un autre de graines légèrement moulues ainsi qu’un abreuvoir d’eau.

De cette façon, bien que physiquement séparés de leurs parents, les jeunes restent en contact avec eux et peuvent quémander un peu de nourriture sans pour autant risquer de se faire plumer.

C’est en effet à cette période que les parents entreprennent la construction d’un nouveau nid et ont vite faits de plumer leurs jeunes.

Il existe également dans le commerce des cages de sevrage grillagées qui font également très bien l’affaire.

Ces cages peuvent également servir de baignoires à toute la famille.

L’avantage de ma méthode de sevrage étant que les jeunes s’habituent très rapidement aux cages de concours et les jeunes une fois déplacés dans les cages de vols y retournent sans aucune difficulté dès que celles-ci y sont accrochées.

Ainsi, les jeunes s’entraînent aux cages de concours dès leur sortie du nid et non quelques semaines avant les concours.

 

Pendant cette période la nourriture est d’une importance primordiale.

J’utilise le mélange de graines habituel que je mixe quelques secondes de façon à casser les graines sans pour autant en faire une farine.

Dans la pâtée d’élevage je ne distribue plus de graines germées.

Celle-ci ne doit pas être trop humide.

Je ne donne pas de fruits et seulement quelques morceaux de légume tels que carotte, brocoli et épinard.

Ce qui n’est pas mangé dans la journée est retiré.

En début de sevrage je ne donne pas de bain.

S’il fait très chaud, j’utilise un brumisateur avec lequel j’asperge légèrement les jeunes.

 

Après une période de 8 à 15 jours (ou plus suivant leur évolution), je retire les jeunes de cette cage de « concours sevrage » pour les placer dans une cage de vol à laquelle j’accroche la cage de concours.

A partir de ce moment là, je leur distribue des graines « normales », des graines moulues, de la pâtée aux œufs, des légumes et des herbes sauvages.

Ils ont également droit au bain quasi quotidien.

Bien entendu le grit et le charbon de bois ne doivent pas manquer ainsi qu’un os de seiche.

 

 

Médication :

 

Je n’utilise aucun produit chimique.

Je n’ai jamais pratiqué le moindre « blanchiment » des oiseaux avant la saison d’élevage au moyen d’antibiotiques.

Ayant quelques notions de médecine vétérinaire et étant entouré d’amis pharmaciens et biologistes qui me confirment de façon scientifique que de tels procédés n’ont aucune efficacité mais bien au contraire fragilisent nos oiseaux.

Qui plus est, le jour où un traitement aux antibiotiques devait s’avérer être nécessaire, son effet serait quasiment nul voire même fatal.

 

Cependant, avant et après les concours ainsi qu’aux oiseaux nouvellement arrivés, je distribue les produits de la marque BIRDCARE COMPANY qui sont d’excellente qualité et aident les oiseaux à se refaire une santé.

 

 

Huiles essentielles :

 

J’utilise différentes huiles essentielles naturelles et à froid dont je mets quelques gouttes sur des cotons placés dans des pots de yogourt se trouvant sur les batteries d’élevage.

 

Ainsi, et à tour de rôle, j’utilise selon les besoins et de façon alternative les mélanges suivants :

-     purifiant

-         tonifiant (selon les saisons)

-         calmant (pour les expos cela est excellent)

-         anti-insectes

-         anti-odeurs (en été et pendant la période de reproduction)

 

J’utilise ces mélanges depuis plusieurs années et ils me donnent entière satisfaction.

Leur prix est des plus correct et un flacon bien refermé et rangé de façon correcte tient facilement une année.

Par Didier FAESSEL

 

 

 

22:51 Écrit par Christian dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

mes jeunes canaris sortent du nids en pleine forme et 15 jours apres font la boule et 3 sur 7 sont morts. Que dois-je faire.merci de me donner un conseil.

Écrit par : michel Laurent | 22/06/2011

mes jeunes canaris sortent du nids en pleine forme et 15 jours apres font la boule et 3 sur 7 sont morts. Que dois-je faire.merci de me donner un conseil.

Écrit par : michel Laurent | 22/06/2011

donne lui le thym avec le miel

Écrit par : belgacem sakri | 20/11/2012

Les commentaires sont fermés.